Concours

Fin décembre 2015-début janvier 2016, le musée Dapper a lancé, en collaboration avec la Mairie de Gorée, avec un appui du programme Liaisons urbaines mené conjointement par l’Institut français et la Cité de l’architecture et du patrimoine, et un soutien de l’Institut français du Sénégal, un concours pour la réhabilitation de la place du marché des Jeunes Filles de Gorée (Sénégal).

baobab

La consultation était réservée aux professionnels du domaine de la conception du cadre de vie et des arts visuels — architectes, designers, paysagistes, plasticiens, graphistes — de nationalité sénégalaise, ou, en cas de présentation en équipe, dont au moins l’un des membres est de nationalité sénégalaise.

Parmi les nombreuses candidatures reçues du monde entier suite à l’appel à participation, 5 propositions ont été retenues par les membres du jury.

Le vendredi 6 mai, les équipes présélectionnées ont présenté aux membres du jury leurs projets de réhabilitation. Chaque équipe a eu 30 minutes pour convaincre. Deux équipes sont arrivées ex-aequo : Hox.Lab et Bibi Seck. Des nouveaux éléments permettant de les départager leur ont été demandées. Mardi 31 mai 2016, Bibi Seck a remporté avec une très large majorité de voix le concours.

Les travaux ont commencé début 2017. Suivez les différentes étapes de travail ici.

 


 

Objet du concours : la réhabilitation de la place du marché des Jeunes Filles (Gorée / Sénégal)

• Présentation sommaire de la place du marché des Jeunes Filles

L’espace, bordé par des maisons et immeubles d’habitation, est en partie occupé par de petites échoppes. Au centre de la place se trouve un baobab remarquable. En réhabilitant la place de l’hôpital, tout en lui conservant sa tranquillité, le souhait est d’en faire un espace qui retrouvera une réelle présence dans le paysage goréen. Reconstruire les boutiques avec des matériaux adaptés au climat et au paysage de l’île ainsi qu’aux usages quotidiens permettra de reconsidérer les modes d’occupation actuels de l’espace par les petits marchands dont les activités participent de la vie de quartier. Cette intervention, qui devra être réversible, tiendra compte de la nécessité de l’assainissement. L’un des enjeux est également d’assurer un bon équilibre entre usages résidentiels et marchands. Ce projet a pour objectif d’améliorer le cadre de vie de la population grâce à des interventions rapides et de coût raisonnable conçues par des concepteurs du cadre de vie et des arts visuels : architectes, designers, paysagistes, plasticiens, graphistes.
Voir des photos de la place ici

• La réhabilitation

La réhabilitation du site prendra la forme d’une installation légère, facilement réversible et évolutive, qui s’inscrira dans un registre paysager et mobilier, plutôt qu’architectural. En cela, le projet n’est pas soumis au plan sauvegarde du patrimoine bâti de l’île.

• Les orientations

• Restituer la lisibilité du volume de la place en la densifiant le moins possible, en utilisant les surfaces nécessaires aux activités et en optimisant l’habitabilité des échoppes par leur fonctionnalité.
• Améliorer les aspects esthétiques et fonctionnels des structures marchandes.
• Définir le type d’équipement nécessaire à ces structures selon le type d’activité : échoppe, étal, comptoir à rabat, étagère, alimentation électrique (obligatoirement souterraine).
• Installer du mobilier public.
• Intégrer des espaces verts.
• Élaborer un éclairage adapté.
• Utiliser des matériaux qui, d’une part, s’harmonisent à l’environnement paysager (bois, basalte, etc.) et, d’autre part, sont résistants et de maintenance aisée.
• Prendre en compte les chemins d’écoulement des eaux pluviales.
• Prévoir des travaux sur site qui n’excèdent pas 4 semaines, ou qui sont compatibles avec une utilisation partielle de l’espace.

 

Le plan d’état des lieux

plan